L’argent pousse-t-il sur les arbres ?

Le prix du bois a augmenté comme jamais auparavant. À la même date l’année dernière, le bois a grimpé de plus de 80 % et cela a suscité de nombreuses spéculations, allant de la pénurie artificielle aux théories du complot. Mais quels sont les faits qui se cachent derrière ce changement spectaculaire ? Quelles en sont les conséquences ? Et que pouvons-nous attendre de cette évolution ? Cet article cherche à faire la lumière sur ce sujet.

Pourquoi en est-il ainsi ?

Il n’y a pas un facteur absolu qui a causé ce pic de la demande, mais si l’on devait cibler un méta-facteur (et je doute qu’il vous surprenne), ce serait la Covid, oui, la Covid encore. Mais ce n’est pas aussi grave qu’on pourrait le croire. Tout d’abord, cette hausse est causée en grande partie par la demande croissante de l’industrie de la construction ; je veux dire par là qu’en raison de la pandémie, les gens s’attendaient à ce que le marché du résidentiel et du commercial diminue énormément, mais c’est le contraire qui s’est produit. Ajoutez à cela les programmes gouvernementaux visant à relancer l’économie, dont le secteur de la construction est l’un des principaux bénéficiaires.
Ensuite, il y a les projets DIY qui ont également connu un énorme regain de popularité. Puisque les gens se sont privés de vacances et ont eu quelques jours de plus à passer dans le confort de leur propre cour, il n’est pas étonnant que ces rénovations soient en hausse. Enfin, il y a les problèmes de chaîne d’approvisionnement. En raison de Covid, un grand nombre d’entreprises, de fabricants et, plus important encore pour cet article, de scieries, ont été contraints de fermer leurs portes pendant un certain temps. Les frontières sont ensuite devenues plus difficiles, ce qui a essentiellement provoqué un ralentissement général des voies d’approvisionnement. Fondamentalement, la pénurie n’est pas artificielle, il existe de nombreuses causes raisonnables à l’augmentation de la demande et à la diminution de l’offre, ce qui, comme vous vous en souvenez peut-être dans vos cours d’économie, entraîne une hausse des prix. C’est tout simplement la façon dont le marché fonctionne.

Conséquences

Comme c’est le cas sur la plupart des marchés, ce changement de prix est appelé à se réajuster de manière organique. Les gens ou les entreprises trouveront un moyen de contourner l’utilisation du bois pour leurs projets de construction. Quelques entreprises ont déjà commencé à développer de nouveaux produits. Dès que ceux-ci arriveront sur le marché, et que nous laisserons le temps à la chaîne d’approvisionnement de rattraper son retard, il y aura une diminution de la demande, donc du prix également.
Par exemple, des produits tels que les coffrages isolants en béton (ou ICF en anglais), qui ont également des propriétés isolantes. Il s’agit essentiellement d’une mousse de béton qui est placée entre deux panneaux ou moules qui façonnent le mur extérieur. Une fois que le coffrage isolant a durci, les panneaux sont retirés et il ne reste qu’un sous-produit de béton aux bonnes propriétés isolantes.
Une autre alternative au bois est l’ossature légère en acier. Elle consiste à remplacer la charpente traditionnelle en bois de la maison par de l’acier léger. Elle offre un type de construction beaucoup plus résistant et c’est un matériau assez facile à travailler.

Quelle sera la prochaine étape ?

Je crois qu’il est juste de dire que les choses finiront par revenir à la normale. Tout indique qu’il ne s’agit que d’une bulle, dont le marché des biens de première nécessité n’est pas épargné. Prenons par exemple le pétrole, dont le prix a connu de nombreuses variations au cours de la dernière décennie. Bien sûr, le bois est beaucoup moins volatile que le pétrole, c’est pourquoi il est moins inquiétant. Il pourrait également y avoir une conséquence plus permanente à cela, à savoir l’exploration et l’adoption de nouvelles tendances et alternatives dans le secteur de la construction.
Cet événement inattendu n’est en aucun cas permanent, mais il pourrait nous obliger à réévaluer notre dépendance au bois. En ces temps étranges, le marché est appelé à agir de manière étrange. Mais nous avons traversé beaucoup d’épreuves au cours de l’année écoulée et tous les facteurs indiquent que nous sommes au bout de la lutte. Donc, si vous souhaitez construire votre maison ou refaire votre terrasse, il serait peut-être préférable d’attendre l’année prochaine, ou de trouver une alternative au bois.