La pénurie de main-d’œuvre expliquée

         Récemment, nous avons été témoins d’une situation étrange en ce qui concerne la disponibilité des emplois. L’industrie de la construction a beaucoup de mal à trouver des employés pour combler ses postes vacants. Bien que cette crise ne soit pas propre au secteur de la construction, il semble que nous soyons l’un des plus durement touchés. La grande pénurie de main-d’œuvre n’est pas non plus spécifique à un pays ou à un État, mais semble être généralisée. Mais pourquoi en est-il ainsi ? Quelle en est la cause ? Quelles en seront les conséquences ? Est-elle appelée à durer ? Ce texte vise à approfondir la question de la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur de la construction et à répondre à ces questions.

 

Le taux de chômage

 

         L’un des aspects les plus étranges aujourd’hui est que le taux de chômage reste assez élevé. Les économistes ne s’accordent pas exactement sur ce que devrait être le taux de chômage optimal, mais ce n’est certainement pas 0 ni 20 %. Pour vous donner une idée, pendant la grande dépression des années 1930, le taux de chômage était proche de 30 %, ce qui signifie que près d’une personne sur trois était sans emploi. Aujourd’hui, le taux au Canada est d’environ 8 % alors qu’aux États-Unis, il est plus proche de 6,5 %.

         Les politiciens aiment se vanter des faibles taux de chômage, mais croyez-le ou non, un faible taux de chômage ne signifie pas nécessairement une économie prospère. Le NAIRU est un terme que vous avez peut-être entendu récemment. Il s’agit d’un acronyme pour le taux de chômage sans accélération de l’inflation. Ok, alors qu’est-ce que c’est vraiment ? Eh bien, un économiste du nom de William Philips a découvert qu’il existait une corrélation exponentielle entre le taux de chômage et le taux d’inflation. Plus le taux de chômage est faible, plus le taux d’inflation est élevé.

         Il est impossible pour une économie d’avoir un taux de chômage de 0, car il y aura toujours quelques personnes sans emploi. Ces personnes peuvent être en transition d’un emploi à un autre, à l’école en attendant d’entrer sur le marché du travail ou incapables de travailler.

         Mais un faible taux de chômage se traduit concrètement par ce que nous voyons actuellement : des chaînes de restauration rapide offrant des primes, des possibilités d’évolution de carrière, etc. C’est génial, n’est-ce pas ? Eh bien, pas nécessairement. Le coût de l’emploi est voué à augmenter en raison de sa rareté (c’est de l’économie 101). En gros, comme la demande d’employés est très élevée et l’offre faible, une envolée des prix se produit. Cette hausse des prix est ensuite transférée à vous et moi, les consommateurs. C’est pourquoi le prix des produits d’épicerie augmente et le coût de la vie en général s’élève progressivement. C’est le point NAIRU, où le taux de chômage commence à avoir un impact majeur sur l’inflation.

         Cela dit, quelles sont les causes profondes de la pénurie de main-d’œuvre ? Comme toujours, il est difficile d’identifier une raison exacte, mais celle-ci est principalement due au COVID. Lorsque la pandémie a frappé, une grande vague de personnes s’est retrouvée au chômage. Les gouvernements du monde entier ont donc mis en place des plans de relance et des avantages fiscaux pour maintenir les entreprises à flot. Au fur et à mesure que les gens se sont habitués à la nouvelle norme, ils sont revenus progressivement sur le marché du travail. La demande, elle, n’a pratiquement jamais baissé. Vous pouvez également ajouter à cela le fait que les gouvernements ont maintenu artificiellement les taux d’intérêt très bas pour encourager les consommateurs, ce qui a entraîné un boom majeur sur le marché du logement.

         Le secteur de la construction était déjà en pleine pénurie de main-d’œuvre avant la pandémie, mais le COVID a mis le doigt sur le problème. La démographie du secteur de la construction était et reste assez dangereuse. L’âge moyen des travailleurs de la construction est élevé, ce qui signifie que de nombreuses personnes prennent leur retraite et que la jeune génération n’arrive pas à combler ces postes. Ce qui manque le plus, ce sont les travailleurs qualifiés, ceux qui ont besoin d’une certaine formation avant d’entrer dans la vie professionnelle. Cela est dû en partie à un biais social, les écoles et les parents ayant tendance à pousser leurs enfants à aller à l’université et les High Schools aux États-Unis étant souvent financées en fonction du nombre d’étudiants acceptés à l’université. Ce que nous constatons également, c’est qu’en raison de l’augmentation de la technologie, la main-d’œuvre doit être plus qualifiée et formée.

         Mais le taux de chômage n’est pas si bas, pourquoi alors est-il si difficile de trouver des gens ? Eh bien, cela pourrait être en grande partie attribué aux problèmes de santé mentale dus à la quarantaine ainsi qu’à la hausse de l’assurance-emploi. Il est donc difficile pour les gens de se remettre en selle et ce que nous attribuons au faible taux d’emploi est plus élevé que d’habitude.

         Mais tout n’est pas mauvais. Ces phénomènes sont cycliques. Ainsi, lorsque l’inflation augmente, les gens ne peuvent plus se permettre autant de luxe et la demande diminue, tout comme les prix. Ces crises nous poussent également à innover et à rechercher des mesures alternatives pour stimuler notre productivité. Des produits tels que le FramR (oui, je fais sans scrupule la promotion de notre produit !) peuvent contribuer à augmenter la productivité, ce qui réduit le besoin d’un travailleur hautement qualifié tel qu’un traceur.

      Si vous êtes un employeur qui a du mal à pourvoir les postes dans votre entreprise, sachez que vous n’êtes pas seul. Une option pour vous est de trouver de nouveaux moyens innovants pour promouvoir votre entreprise, tels que des primes de référence, des primes si les employés restent un certain temps, des opportunités d’évolution au sein de l’entreprise. Si cela vous intéresse, nous avons un article entier consacré à ce sujet. En attendant, vous devez surfer sur la vague et garder la tête hors de l’eau. Vos concurrents sont dans la même position que vous et soyez assurés que cette situation reste temporaire.